Monet-Aubertin

Ausstellung Musee des Impressionisten, Giverny. Alle Bilder und Texte stammen vom Museum Giverny

65737268_176145186771214_4943633191854330964_n.jpg

Claude Monet, „L’Église de Varengeville et la gorge des Moutiers“ (détail), 1882. Columbus, Columbus Museum of Art, Gift of Mr. and Mrs. Arthur J. Kobacker © Columbus, Columbus Museum of Art, Ohio @columbusmuseum

Jean Francis Auburtin, „Église de Varengeville“ (détail), n. d. Collection particulière © Collection particulière / photo : François Doury

Jean Francis Auburtin, „Les Falaises près de Dieppe, le val Saint-Nicolas“ (détail), n. d. Collection particulière © Collection particulière / photo : François Doury, „Barques à Étretat“ (détail), 1902. Collection particulière © Collection particulière / photo : Jean-Louis Coquerel

Claude Monet, „Étude de bateaux sur la plage d’Étretat“ (détail), 1885. Collection particulière © Collection particulière / 2010 Christie’s Image Limited

65190513_715487738910564_1061358200841869670_n.jpg

Jean Francis Auburtin, „Les Falaises près de Dieppe, le val Saint-Nicolas“ (détail), n. d. Collection particulière © Collection particulière / photo : François Doury

Cette vue sur l’Atlantique et les falaises de Dieppe, depuis le val Saint-Nicolas est un motif récurrent, à la fois dans l’œuvre de Monet et dans celle d’Auburtin. Comme Monet, Auburtin aime se promener sur les hauteurs des falaises et peindre ou dessiner en série ces lieux suspendus face à l’immensité. Alors que Monet cherche à rendre l’effacement progressif de son motif au profit d’une abstraction atmosphérique, Auburtin s’attache à capter un moment du soleil couchant quand la lumière teinte de rose la blancheur crayeuse des falaises. C’est ce moment précis qu’il choisit dans cette gouache.

64754476_440386900137779_4517990972033273704_n.jpg

Jean Francis Auburtin, „Madame Auburtin au bord de la mer“ (détail), vers 1895. Collection particulière © Collection particulière / photo : François Doury

Jean Francis Auburtin, „Pins parasols à Porquerolles“ (détail), 1902. Collection particulière © Collection particulière / photo : Cidric Saletnik

Claude Monet, „Au cap d’Antibes“ (détail), 1888. Ehime, musée départemental des Beaux-Arts © Ehime, musée départemental des Beaux-Arts

Claude Monet, „Étretat“ (détail), 1884. Honfleur, musée Eugène Boudin, don Michel Monet, 1964 © Honfleur, musée Eugène Boudin / photo : Henri Brauner

65416075_2298843183538384_657671726793820960_n.jpg

Jean Francis Auburtin, „L’Aiguille d’Étretat, ciel rouge“ (détail), vers 1898-1900. © Collection particulière / photo : François Doury

Comme Claude Monet avant lui, Jean Francis Auburtin s’intéresse aux falaises d’Étretat, qu’il peint à toutes les heures du jour, avec une préférence pour le coucher du soleil, comme dans „L’Aiguille d’Étretat, ciel rouge“. Dans cette œuvre, la mer est calme, et la luminosité étrange du coucher du soleil lui donne des teintes presque phosphorescentes. Le vol de mouettes au-dessus de l’aiguille et l’unique bateau aux voiles rouges renforcent l’impression de sérénité et de contemplation. Nul pêcheur à l’horizon, le quotidien des hommes semble lointain.